Christian Arnsperger est économiste et professeur à l’université de Lausanne. Il est aussi conseiller scientifique de la Banque alternative suisse.
Dominique Bourg est philosophe et professeur à l’université de Lausanne. Il dirige, aux Puf, la collection « L’écologie en questions » ainsi que la revue en ligne La Pensée écologique, et préside le conseil scientifique de la Fondation pour la nature et l’homme (FNH).

Il faut bien le constater, la transition numérique mondiale s’accélère tandis que la transition écologique, au mieux, marque le pas. Cette situation ne sera pas longtemps soutenable. Il importe de se donner le plus rapidement possible un objectif collectif qui corresponde enfin à ce qu’exige l’état de dégradation du système-Terre. Comment concilier une empreinte écologique radicalement réduite avec la pluralité actuelle de nos sociétés et de leur tissu économique ?
Chercher une voie de sortie, c’est changer de regard : en partant d’où nous sommes, sans nier nos désaccords sur les solutions à apporter, envisageons une pluralité de voies d’expérimentation – des micro-expériences citoyennes de permaculture jusqu’à la production industrielle la plus high tech en passant par les chemins de l’économie sociale et solidaire. À chacune de démontrer que ses solutions permettront d’atteindre l’objectif ultime : une empreinte écologique décroissante pour nous permettre de retourner puis de rester à l’intérieur des limites de la biosphère, sans renoncer à notre modernité, en œuvrant en faveur d’une priorité environnementale enfin claire et, à terme, libératrice.